l'Ilot Pasteur (Principauté de Monaco)

Un ensemble urbain multifonctions


 
C’est le nombre de fonctions du futur ilot conçu en un seul ensemble : un collège de 1500 élèves, un amphithéâtre de 300 places, un gymnase, une piscine, une médiathèque, près de 8000 mètres carrés de bureaux, une salle polyvalente de 1500 places, un centre de collecte, de tri et de transfert des déchets urbains recyclés, un centre de tri postal, un parking de 900 places, un data center.

Une solution vertueuse bien intégrée dans la ville


 
Ce projet marque l’entrée Ouest de la Principauté et offre la première image du territoire monégasque. Les architectes ont donc conçu un ensemble urbain à l’esthétique soignée répondant à l’ambition fixée de la Cité Durable. Le chantier titanesque à l’échelle de la ville s’est fixé un cadre stricte de maitrise des nuisances acoustiques, de gestion de la poussière et de réduction des déchets sur le chantier. Cette démarche inscrite au cœur de la charte chantier vert plébiscitant une optimisation des flux de marchandises et de camions sur le chantier fera l’objet d’une labellisation HQE par Certivea. Cet ensemble intégré au réseau de voiries aériennes et souterraines, va assurer le déploiement du grand plan de tri des déchets voulu par le gouvernement tout en garantissant aux usagers des espaces supérieurs, une qualité de l’air optimale et contrôlée. Un système ENVAC de collecte pneumatique de déchets permettra d’alimenter directement une ligne de recyclage faisant de cet espace une vitrine de la politique monégasque en matière de protection de l’environnement.

Des structures conçues en 3D bien adaptées au risque


 
Les architectes chargés du projet et les partenaires de l’équipe de Maitrise d’œuvre ont mis en place une cellule de co production du modèle Bim en 3D. En termes de modélisation, le projet a été découpé en plusieurs maquettes : « Site » pour gérer l’ensemble du projet dans son environnement, « Socle et parking » pour les soubassements et infrastructures, « Collège » et « Bureaux » pour les étages plus élevés. Le projet met en œuvre une vingtaine de maquettes afin d’assurer une manipulation optimale des fichiers et une mise à jour très régulière sur un espace serveur autorisant une synchronisation en temps réelle et l’intervention de l’équipe de synthèse Bim. Les équipes ont dû mettre en place des procédures formelles d’échanges de fichiers afin de tracer dans le temps, l’ensemble des mises à jour. L’ensemble a été établi sur un friche ferroviaire très impactée par des aménagements sous terrain. Grâce aux relevés de scanner 3D et à une modélisation fine des VRD existants, Oteis a pu intégrer les réseaux, galeries techniques, tunnels, etc dans le modèle numérique du bâtiment ne faisant qu’un tout des aménagements nécessaires et garantissant une bonne connexion des réseaux de ce projet urbain avec le modèle 3D de la Principauté. La maquette urbaine n’a pas encore de rôle significatif lors de la phase de conception du projet et ne sera que le réceptacle de la base de données et de la représentation géométrique de l’ouvrage, à l’image d’un cadastre en 3D. Le projet étant situé en zone sismique, les structures ont fait l’objet d’une analyse dynamique poussée. Dans son approche Oteis a utilisé les logiciels GRAITEC « Advance Design » pour l’analyse sismique et modale, et un export vers « Arche Ossature » pour la gestion des descentes de charges. La modélisation a permis de définir un modèle de structure adapté aux contraintes de déformation malgré les importantes exigences techniques et architecturales. Exemple : limiter au maximum la taille des poutres métalliques du collège en intégrant des portées de plus de 40m afin de bénéficier des très nombreuses baies vitrées. Le modèle de structure étant compatible avec les différents corps d’état, il va permettre de générer les plans et servir de base à l’appel d’offre pour la phase d’exécution.
Note de calcul et simulation sismique – OTEIS

Un florilège de technologies constructives


 
L’aménagement du projet sur une surface particulièrement réduite (250 m de long, 40 m de large, 15 mètres de dévers entre partie haute et partie basse ) a imposé la réalisation d’une infrastructure complexe dont le point bas se trouve à 5 mètres en dessous du niveau de la mer. Ce socle supporte un premier bâtiment (dédié au nouveau collège) conçu comme un double pont et constitué de trois piles en béton espacées de 45 mètres et reliées entre elles par des structures métalliques de grande portée. Afin de faciliter les flux de personnes, les trois piles intègrent les circulations verticales du collège. La conception en pont du bâtiment permet de dégager de vastes espaces extérieurs qui seront utilisés en cour et préau. Le socle supporte un second bâtiment, conçu comme une coque de navire avec ces flans inclinés et sa proue élancée qui héberge les bureaux (sur 5 niveaux) et la médiathèque (sur 3 niveaux). L’extrême densité des réseaux, la grande diversité d’activités y compris industrielles, les charges du flux de camions que l’ouvrage aura à recevoir, les ambitions architecturales et les exigences structurelles ont poussé Oteis a faire appel à toute la palette des techniques constructives dont les ingénieurs peuvent disposer: béton précontraint, paroi moulée avec excavation par hydrofraise, parois microberlinoises, un mélange de techniques du bâtiment et de techniques de pont. Oteis a conçu une structure permettant de préserver un maximum d’espaces dans les étages inférieurs de manière à pouvoir y intégrer l’ensemble des activités. Un enjeux de taille pour la principauté de 2 km² dont le prix moyen de l’immobilier est de 46 000€/m²
Compte tenu du grand nombre d’ouvertures de calibres très différents, et de l’existence de nombreuses grilles techniques, la façade est habillée d’un bardage à effet mosaïque pour l’animer et pour accrocher la lumière. Le socle est couronné par une grande horizontale courant d’une extrémité à l’autre de l’opération, accentuant ainsi son aspect longiligne.

Une approche architecturale créative


 
La principauté de Monaco n’est pas un espace et un marché comme les autres. Seules quelques agences d’architecture et d’ingénierie sont autorisées à intervenir pour le compte  du service des Travaux Publics de Monaco. Les enjeux d’optimisation des espaces sont majeurs pour assurer l’hébergement et la création d’espaces culturels, de travail et d’enseignement dédiés aux quelques 38 000 habitants de la Principauté. La réalisation de l’Ilot Pasteur doit permettre de libérer l’ancien collège et plusieurs emprises foncières assurant l’émergence de futurs espaces de développement. L’implantation d’un nouveau bâtiment se fait avec une précision de l’ordre du centimètre ! Pour résoudre cette équation complexe la Principauté s’est dotée d’une maquette 3D interactive quasiment unique au monde. Elle simule avec une précision inégalée son territoire et l’ensemble des éléments qui le constituent (immeubles, fenêtres, balcons, mobilier urbain, arbres ..) L’extrême précision a été obtenue grâce à la superposition d’une « peau numérique terrestre » ( issue des relevés  laser au sol et d’infographies ) avec les milliers de photos aériennes acquises par ortho-photographie.
Le projet : Maitre d’ouvrage : Principauté de Monaco (Service des Travaux Publics) Maîtres d’œuvre : Architectes Christian Curau – François Lallemand – Oteis Programmistes : Sociétés Meneghetti et Merlin Budget : 320 M€ dont 250 M€ pour la construction Date prévisionnelle de livraison : fin 2020 Volume d’études : 28000 heures Objectif : Le projet s’inscrit dans la stratégie de restructuration des services de la principauté de Monaco visant à conserver une réelle autonomie pour la gestion de ses déchets, de son courrier et développer de nouveaux espaces économiques. Les espaces de bureau permettant d’accueillir plus de 500 personnes doivent devenir un pole économique majeur.
Fiche technique détaillée Surface : 90 000 m² SHOB Volume de matériaux évacués : 300 000 m³ Béton : 70 000 m³ Acier : 5 500 t Tirants/Clous : 40 km Micropieux : 10 km Charpente métallique : 2700 t Section des gaines de ventilation : jusqu’à 10m² Débit d’air hygiènique : Jusqu’à 100 000 m³/h Puissance de souscription générale : 3800 KVA